Welcome

I am an associate professor of computer science at the Université de Lorraine. I do my research at the LORIA laboratory in the Larsen team where I am interested in evolutionary machine learning and embodied artificial intelligence. My research is based on the assumption that one way to design artificial learning agents that can adapt in their environment is to take inspiration from natural evolution and adaptation. Putting it simply, I try, with more or less success, to design artificial "brains" that make an "embodied" agents seem "intelligent".

Reasearch Interests: Artificial intelligence, Machine learning, Evolutionary computation, Robotics, Embodied cognition, Philosophy of cognition

Contact

amine [dot] boumaza [at] loria [dot] fr

LORIA, Campus scientifique BP 239

54506 Vandoeuvre-lès-Nancy Cedex, France

Phone: +33 3 54 95 86 31

Office: C-104

Directions

Latest News

Psyphine Poster

Nous sommes de plus en plus souvent invités à entrer en relation avec des robots ou des machines, que ce soit à des fins pratiques (thérapeutiques, professionnelles, scientifiques) ou ludiques. Mais quel est ce type de relation, qui semble dépasser rapidement le simple usage fonctionnel, la réaction automatique et l’action mécanique, pour s’ouvrir à quelques interactions lors desquelles nous tentons d’interpréter le comportement de ces machines? Nous leur attribuons des intentions, une certaine forme de volonté, parfois même des émotions, tout en reconnaissant par ailleurs leur caractère d’objets construits, programmés par des hommes. Est-il donc légitime de parler d’interaction, et si oui, dans quelles conditions, selon quels critères? L’aspect humanoïde de la machine est-il nécessaire pour que nous soyons enclins à lui prêter des états mentaux? N’est-ce pas parce que nous reconnaissons déjà, dans le robot, une certaine disposition à communiquer avec nous que nous tentons ensuite de le comprendre, de décrypter ses attitudes? Et si nous acceptons de l’humaniser en lui trouvant des airs curieux, en le jugeant sympathique, hautain ou facétieux, pourquoi refuser de le considérer aussi comme intelligent, doté de conscience et d’attention à l’autre? Une machine "artificiellement intelligente"? Qu’est-ce que cela change à l’ensemble de nos échanges (sociaux, juridiques, affectifs)?

Inscription et programme